Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Points de vue

Résistance aux antimicrobiens – Il est temps d’agir

par : Blogueuse invitée : la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada

Au cours de la dernière année et demie, notre attention collective s’est concentrée sur la pandémie de COVID‑19. Bien que la pandémie ne soit pas terminée, nous devons également prêter attention à une autre menace pour la santé mondiale : la résistance aux antimicrobiens (RAM).

La Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens (en anglais seulement) se déroule du 18 au 24 novembre. L’événement est dirigé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et vise à faire de la RAM un problème reconnu à l’échelle mondiale. Le thème de cette année est « Propagez l’information, enrayez la résistance ». Dans le cadre de la campagne 2021, on invite les décideurs politiques, les professionnels de la santé et le public à reconnaître que chaque personne peut être un champion de la lutte contre la RAM. Les participants à la campagne sont encouragés à sensibiliser les gens à ce qu’est la RAM et à promouvoir des mesures familiales, professionnelles, communautaires et gouvernementales qui peuvent contribuer à ralentir la propagation de la RAM.

La RAM et l’approche « Une seule santé »

La RAM se produit lorsque des bactéries, des virus, des champignons et des parasites développent la capacité de vaincre les médicaments conçus pour les tuer. Bien que la RAM soit un phénomène naturel, elle est accélérée par l’utilisation excessive de médicaments antimicrobiens, comme les antibiotiques, tant chez les humains que chez les animaux.

Au Canada, la RAM constitue déjà un fardeau important pour la santé humaine, les soins de santé et l’économie; elle cause près de 15 décès par jour et coûte à notre système de santé environ 1,4 milliard de dollars par année.

Toutefois, les causes et les répercussions de la RAM ne se limitent pas à la santé humaine et animale. La RAM touche également la santé végétale et environnementale, ce qui rend le problème encore plus complexe. Les solutions au problème de la RAM nécessitent donc une approche collaborative, multisectorielle et transdisciplinaire. L’approche « Une seule santé » reconnaît que la santé des humains, la santé des animaux et la santé de notre environnement commun sont toutes liées.

Champions de la lutte contre la RAM : Que peuvent faire les professionnels de la santé et les particuliers?

Il existe de nombreuses mesures que tous les professionnels de la santé peuvent prendre pour aider à prévenir la RAM.

En voici quelques exemples :

Nous pouvons tous prendre des mesures en tant que personnes pour limiter la propagation des infections et freiner l’augmentation rapide de la RAM. En voici quelques exemples :

Nous pouvons tous devenir des champions de la prévention de la RAM auprès de nos familles, de nos lieux de travail et nos collectivités. Continuons à sensibiliser les gens à cette question importante, car c’est maintenant qu’il faut agir.

En 2019, j’ai publié le rapport de santé publique Pleins feux sur la RAM intitulé Manipuler avec soin : Préserver les antibiotiques aujourd’hui et demain. Ce rapport nous aide à comprendre quels sont les moteurs du problème et comment chacun d’entre nous peut agir pour contribuer à ce que les médicaments antimicrobiens dont nous disposons demeurent efficaces.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la RAM, je vous invite à visiter la page sur la résistance aux antimicrobiens sur le site Canada.ca.

Participez à la conversation!

Mots-clics : #SMBUA #SMBUA2021 #RésistanceAuxAntimicrobiens #RAM #ManipulerAvecSoin

Vous pourriez également être intéressé par :

Retour à la page Perspectives