Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Points de vue

La saison du rhume et de la grippe à l’ère de la COVID-19

par : Dre Guylène Thériault et Dr Jerome Leis

La pandémie de COVID-19 promet de donner une allure très différente à la saison du rhume et de la grippe. Cette année, toute personne qui fait de la fièvre, a mal à la gorge, frissonne ou se sent courbaturée se posera immanquablement plusieurs questions. Devrais-je m’isoler? Aller subir un test de dépistage de la COVID-19? Opter pour une consultation en personne? Demander si j’ai besoin d’antibiotiques?

Ai-je un simple rhume? La grippe? Une infection bactérienne? Ou est-ce le nouveau coronavirus (COVID-19)?

Dans un article paru récemment dans le British Medical Journal, nous proposons des recommandations sur la prise en charge des symptômes et les traitements à privilégier pour les infections virales et bactériennes. Nous précisons entre autres quand les patients ont besoin d’une consultation en personne, et quand une consultation virtuelle suffit. Nous espérons que ces recommandations aideront les médecins, les autres professionnels de la santé et les patients à utiliser judicieusement les ressources en santé.

Par le passé, l’hiver venu, nos salles d’attente se remplissaient de patients qui consultaient en raison de symptômes typiques du rhume et de la grippe saisonnière. À l’ère pré-COVID, on s’assurait d’abord que l’infection n’était pas bactérienne, puis on traitait les symptômes.

En 2020, les symptômes classiques de rhume ou de grippe pourraient aussi être dus à la COVID‑19. Les responsables de la santé publique recommandent aux Canadiens et Canadiennes qui présentent ces symptômes de subir un test de dépistage et de s’isoler à la maison en attendant le résultat.

Chaque jour, des dizaines de milliers de Canadiens et Canadiennes présentant des symptômes respiratoires subissent un test de dépistage de la COVID-19. Pour la vaste majorité, le résultat sera négatif. Mais une fois ce résultat obtenu, il peut tout de même être difficile de savoir exactement comment traiter ses symptômes.

C’est à ce moment qu’une consultation virtuelle peut être utile.

Plus besoin de s’entasser dans la salle d’attente d’un cabinet de médecin pour obtenir une consultation : les patients peuvent maintenant accéder à certains services à distance, par téléphone ou par visioconférence, afin de réduire le risque de transmission de la COVID-19. Les plateformes virtuelles permettent aux professionnels de la santé d’examiner un patient sans s’exposer aux risques d’une visite en personne, ce qui est idéal pour l’évaluation initiale de symptômes du rhume ou de la grippe. La majorité des infections virales peuvent être correctement diagnostiquées et traitées sans examen physique.

Les infections bactériennes, c’est une autre histoire. La confirmation de leur diagnostic nécessite généralement une consultation en personne.

La distinction est importante, puisque les antibiotiques ne servent qu’à traiter les infections bactériennes. Ils n’aideront pas à se remettre d’une infection virale, et ils peuvent entraîner des effets indésirables qui pourraient être évités si on ne les prescrit pas inutilement. Qui plus est, leur surutilisation crée une autre menace pour la santé mondiale qui pourrait compliquer la lutte contre la pandémie : la résistance aux antibiotiques. Lorsqu’on surutilise les antibiotiques, on favorise la multiplication de bactéries antibiorésistantes, ce qui rend les infections bactériennes courantes plus difficiles à traiter.

En 2018, au Canada, environ 5 400 décès ont été attribués directement à la résistance aux antibiotiques. On projette que d’ici 2050, celle-ci pourrait être à l’origine de 10 millions de décès supplémentaires par année sur la planète.

Maintenant que nous luttons contre la COVID-19, il est plus important que jamais de préserver l’efficacité des antibiotiques.

Des recherches ont montré que la prescription d’antibiotiques après une visite virtuelle seulement entraîne un risque de surutilisation, qui s’explique par l’impossibilité d’effectuer un examen physique à distance ou de procéder aux tests requis pour poser correctement un diagnostic d’infection bactérienne.

Pour lutter contre le problème de la prescription inutile d’antibiotiques dans ces circonstances plus qu’exceptionnelles, Choisir avec soin et le Collège des médecins de famille du Canada ont créé une trousse de bonnes pratiques sur la prise en charge des infections respiratoires courantes à l’ère de la COVID-19. Elle propose des stratégies classiques de traitement des symptômes, par exemple prendre des médicaments en vente libre pour faire baisser la fièvre, boire beaucoup pour éviter la déshydratation et bien se reposer.

Elle propose également des critères permettant de savoir à quel moment un examen en personne est indiqué pour déterminer si les symptômes sont causés par une infection virale ou bactérienne.

À l’heure actuelle, le spectre de la COVID-19 rend les patients qui présentent des symptômes de rhume ou de grippe plus anxieux que par les années passées. Pourtant, les professionnels de la santé ont toujours les moyens de les aider. La saison de la grippe sera très différente cette année, mais vous n’êtes pas seuls.

Communiquez avec votre professionnel de la santé pour savoir comment soulager vos symptômes.

Retour à la page Perspectives