Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Actualités

Choisir avec soin : Plonger dans la surutilisation hospitalière

Le 10 janvier, Choisir avec soin, Qualité des services de santé Ontario et l’Association des hôpitaux de l’Ontario, en partenariat avec l’Hôpital général de North York ont lancé la trousse de départ Plonger dans la surutilisation hospitalière, une ressource qui propose des conseils et une orientation pratiques afin de réduire les examens et les traitements inutiles en milieu hospitalier.

Par son contenu, la trousse de départ est conçue pour aider votre hôpital à emboîter le pas au mouvement mondial Choisir avec soin, avec la campagne Plonger dans la surutilisation hospitalière, qui sera lancée le 31 janvier 2019.

Cette campagne invite tous les hôpitaux à s’impliquer dans le mouvement mondial Choisir avec soin et à devenir un hôpital Choisir avec soin, en obtenant un certificat de réussite correspondant à un niveau et à un profil national. Les hôpitaux participants ont accès à une foule de ressources, y compris une trousse de départ, des webinaires et d’autres outils. Les hôpitaux qui souhaitent se joindre au mouvement, mais qui ne savent pas s’ils ont un problème de surutilisation, auraient intérêt à se poser les cinq questions fondamentales suivantes.

 

Surutilisation dans mon hôpital : Cinq questions à se poser
1.      Mon service d’urgence combine-t-il les tests pour PT/RIN et PTT?
2.      Mon hôpital utilise-t-il encore le dosage de la CK pour diagnostiquer l’infarctus du myocarde?
3.      Les patients de mon hôpital subissent-ils d’emblée des analyses sanguines quotidiennes?
4.      Mon hôpital demande-t-il des dosages du folate sérique et érythrocytaire?
5.      Mon unité de soins intensifs demande-t-elle encore des radiographies de routine pour tous les patients?

 

Si vous répondez oui à l’une ou l’autre de ces questions, votre hôpital a bel et bien un problème de surutilisation. Et même si la réponse est non à toutes ces questions, la trousse de départ suggère aux hôpitaux des façons de plonger plus profondément pour découvrir d’autres signes de surutilisation et les correctifs appropriés.

Les examens et les traitements inutiles sont un problème généralisé dans le milieu de la santé et ils peuvent exposer les patients à des préjudices évitables, prolonger les temps d’attente et gaspiller de précieuses ressources hospitalières. Un rapport de 2017 de l’Institut canadien d’information sur la santé a révélé que dans de nombreux secteurs cliniques, jusqu’à 30 % des examens et traitements seraient potentiellement superflus.

Le choix des examens et des traitements à prescrire revient au médecin après l’évaluation des symptômes du patient, mais bon nombre de ces décisions sont influencées par des marches à suivre et des procédures hospitalières qui, si elles sont dépassées ou mal conçues, incitent les médecins à prescrire des examens et des traitements qui ne sont pas en phase avec les lignes directrices fondées sur des données probantes et les pratiques exemplaires. Voici quelques exemples de systèmes ou de marches à suivre propices à la surutilisation hospitalière : modèles d’ordonnances standardisées, directives médicales, batteries de tests et systèmes informatisés d’entrée des ordonnances médicales, entre autres. Certaines pratiques de routine, qui se sont « incrustées » dans les systèmes avec le temps, sont la recette parfaite d’une surutilisation systémique; elles dégagent souvent les médecins surchargés d’une partie du fardeau décisionnel, et ce, pour le meilleur et pour le pire.

La campagne Plonger dans la surutilisation hospitalière vise à mobiliser et à habiliter le personnel de l’hôpital pour qu’il s’arrête, s’interroge sur des pratiques qui ont cours depuis longtemps et prenne la responsabilité de réduire la surutilisation, de prévenir les préjudices potentiels pour les patients et de préserver les précieuses ressources hospitalières afin qu’elles soient utilisées plus judicieusement. Joignez-vous au webinaire de lancement le jeudi 31 janvier pour en apprendre plus sur la campagne, pour apprendre comment devenir un « hôpital Choisir avec soin » et atteindre les niveaux 1, 2 et 3.

Retour à la page Perspectives

Pour plus d'informations sur la campagne: