Il est temps de discuter : Discussions sur une maladie grave

Les maladies chroniques graves ou évolutives sont une source de stress pour les patients et leurs proches.

Les gens atteints d’une maladie grave veulent souvent s’éviter des examens et des traitements éprouvants, surtout en fin de vie, mais il n’est pas rare qu’ils les subissent faute d’avoir indiqué leurs volontés. En communiquant clairement et tôt ses valeurs, ses objectifs et ses désirs, on peut recevoir les soins voulus, se soulager d’un poids et s’épargner des traitements potentiellement nuisibles.

Choisir avec soin encourage ces derniers à avoir d’importantes discussions avec leurs patients atteints de maladies chroniques graves ou évolutives. En prenant le temps d’avoir une conversation franche, il est possible d’éviter des examens et des traitements potentiellement nuisibles ou trop agressifs qui entrent en conflit avec les objectifs de soins et les volontés du patient.

Recommandation

Les cliniciens conviennent qu’il est temps de discuter. Plus de 30 associations nationales de professionnels de la santé représentant des spécialités différentes soutiennent les affirmations suivantes :

Ne proposez pas de traitement avant d’avoir établi le pronostic, les préférences et les objectifs de soins d’un patient. Pour éviter des tests ou des traitements potentiellement nuisibles ou trop agressifs, parlez avec le patient de ses objectifs et de ses volontés, et consignez ceux-ci à son dossier.

Les conversations précoces sur la compréhension de la maladie, les volontés et les objectifs de soins des patients atteints de maladies chroniques graves ou évolutives permettent d’éviter des tests ou des traitements potentiellement nuisibles. En veillant à ce que vos patients fassent connaître leurs volontés et leurs objectifs, les couchent sur papier et nomment un ou une mandataire, vous soutenez la prestation de soins axés sur le patient et fondés sur des données probantes.

Sources :

Bernacki, R. E. et Block, S. D. High Value Care Task Force de l’American College of Physicians. Communication About Serious Illness Care Goals: A Review and Synthesis of best practices. [En ligne] JAMA Intern Med. 2014; vol 174, no 12 : p. 1994-2003.

Weathers, E. et coll. Advance care planning: A systematic review of randomised controlled trials conducted with older adults. [En ligne] Maturitas. 2016; vol. 91 : p. 101-109.

Detering, K. M. et coll. The impact of advance care planning on end of life care in elderly patients: randomised controlled trial. [En ligne] BMJ. 2010; vol. 340 : p. c1345.

 

Les sociétés participantes

Académie canadienne de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent | Académie canadienne de psychiatrie gériatrique | Association canadienne pour l’étude du foie | L’Association canadienne des médecins d’urgence | Association canadienne de gastroentérologie | Société canadienne de cardiologie | Collège canadien des généticiens médicaux | Société canadienne de soins intensifs | Société canadienne de gériatrie | La Société canadienne des céphalées | l’Association Canadienne d’Orthopédie | Société canadienne de pédiatrie | Association des psychiatres du Canada | Société canadienne de chirurgie vasculaire | Société Canadienne d’allergie et d’immunologie clinique | La Société canadienne d’endocrinologie et de métabolisme | Société canadienne de médecine interne | Société canadienne des médecins de soins palliatifs | La Société canadienne d’oncologie chirurgicale | La groupe d’intérêt spécial canadienne de l’Association américaine en soins aux brûlés | Société canadienne du rachis | Société canadienne de thoracologie | Association des urologues du Canada | Transplantation et thérapie cellulaire Canada | Collège des médecins de famille du Canada | Association des infirmières et infirmiers practiciens du Canada | Médecins de santé publique du Canada | Société canadienne de néphrologie | Société des obstétriciens et gynécologues du Canada | Société de la médecine rurale du Canada | Fédération des sciences neurologiques du Canada | Société canadienne de neurologie

Comment lancer la conversation?

Les discussions sur les objectifs et les volontés sont une première étape importante. Elles serviront à prendre d’éventuelles décisions de soins, notamment à déterminer si le patient souhaite ou non recevoir certains traitements.

Ressources pour les professionnels de la santé

Ressources pour les patients

Planification

La création d’un plan de soins préparé au préalable qui définit ses objectifs et ses volontés permet d’orienter la prestation de soins de santé et de soins personnels en cas d’invalidité. Pour ce faire, les professionnels et les patients ont accès aux outils de l’initiative nationale La planification préalable des soins au Canada.

Créer un plan

Nouvelles et histoires